cost per click ou pay per click ?

Data Analysis

Acquisition de trafic :
non, le CPC n’a rien à voir avec le PPC !

Les consultants en marketing digital essaient de vous perdre en utilisant une dizaine d’acronymes par phrase ? Pas moi. Enfin, j’en abuse aussi, mais je prends parfois le temps de vous les expliquer. Au menu du jour, PPC et CPC : deux sigles qui – non contents de se ressembler comme deux gouttes d’eau – sont très, très liés…

PPC et CPC : proches, mais pas interchangeables

Les deux acronymes PPC et CPC sont parfois utilisés par les gens « du milieu » de manière interchangeable. Hélas…

En réalité, le PPC (pay per click – soit paiement au clic) désigne tout type de plateforme utilisée lors de campagnes d’acquisition (Google Ads, Facebook Ads, Linkedin Ads, etc.), dans laquelle l’annonceur paie en fonction du nombre de clics enregistrés sur un certain contenu (bannière, vidéo, formulaire, résultat de recherche, etc.).

Le CPC (cost per click), quant à lui, est un indicateur qui permet de mesurer combien coûte chaque clic dans une campagne d’acquisition.

Si vous avez compris ces fondamentaux, vous voyez certainement pourquoi il n’est pas tout à fait juste de dire « je lance une campagne CPC la semaine prochaine ». Bravo. En revanche, est-ce que vous comprenez comment les deux notions sont liées ? Je m’en vais vous expliquer ce que signifie « Bing est une plateforme au PPC ; j’espère obtenir un CPC de 0,50€ dessus ». Attachez vos ceintures ! 🌪️🌪️🌪️

Le rôle du CPC dans la stratégie PPC : nécessaire…

Comment fonctionne une campagne PPC ? Vous déterminez un budget quotidien à allouer à certains mots-clés. Comme vos concurrents cherchent probablement à obtenir les mêmes expressions très performantes, celles que tout le monde saisit dans sa barre de recherche, l’achat de mots-clés est régi en partie par un système d’enchères qui détermine les cours de chacun des mots-clés, comme à la bourse.

Si « livraison repas à domicile » 🍕vaut 0,95 € par clic (tiens, le CPC, ça faisait longtemps !), tandis que « j’ai faim » 🤤coûte 0,25 € par clic, alors pour un nombre de clics équivalent, votre budget publicitaire de 100 € sera plus rapidement dépensé avec le premier terme qu’avec le second.

Cela dit, le premier, plus cher, aura aussi beaucoup plus de chances de générer des conversions.
Du moins, en théorie… car ce n’est pas (seulement) parce que l’internaute clique, qu’ensuite il achète.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

… mais pas suffisant !

Vous l’aurez compris, la valeur du CPC ne devrait pas être le seul élément guidant votre décision d’enchérir ou non sur un terme de recherche. Si un mot-clé est très cher, c’est que beaucoup de vos concurrents sont déjà positionnés dessus … et réalisent des conversions. Alors si vous choisissez d’y aller aussi, la question est : pour quels revenus ?

Votre stratégie de mots-clés ne peut pas se résumer à « faire comme les autres ». Elle doit assurer un retour sur investissement (grâce au ROAS : levez la main, ceux qui ont lu mon article) suffisant pour pérenniser votre activité. Et cette rentabilité passe par le CPC, mais aussi par l’ensemble du parcours client.

Tout un art ! 😎

Nos sujets

de prédilection

Articles suivants